Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La délégation explique les raisons du mouvement

Publié le

Les Salariés de Longvic se sont mis en Grève le mercredi 14 juin à midi, lors de La Réunion avec la Direction (2nd réunion du calendrier de négociation).

La délégation de Longvic a souhaité commencer par le sujet "dérangeant pour la direction": la partie des indemnités "supra-légales", afin de donner réponse aux salariés licenciés sur la somme proposée par la Direction lors de leur licenciement prévu à partir de juillet 2018.

Il avait été demandé à la direction de considérer les salariés par rapport à leur ancienneté (ancienneté moyenne 18 ans) et d'être méthodique sur le déroulement du PSE, nous rappelons qu'il ne s'agit pas de la fermeture d'une entreprise en pleine "faillite" mais d'un plan de sauvegarde de compétitivité annoncé le 25 avril 2017 suite au prévisionnel du marché du bricolage.

Information de la direction: "A horizon 2020, le chiffre d'affaires prévisionnel serait en décroissance d'au moins 2% par an à compter de 2018, après une décroissance régulière et significative sur la période".

 

La délégation ne voulait pas un copier/coller de la dernière entité, 3M Pouyet à Cluses.

Mais ils ont essayé!

Proposition de la direction: de 6 mois de salaire jusqu'à 12 mois de salaire brut selon l'âge, l'ancienneté n'est pas reconnue; cette proposition est inférieure à celle proposée initialement lors du PSE de Cluses: Aberrant pour une entreprise qui n'est pas en faillite, qui délocalise la production, ferme un site et rassemble la logistique sur Veyziat pour du profit supplémentaire".

Nous rappelons que 3M a fait le rachat de PLASTO / GPI en 2011, s'est approprié les marché CASTO / LEROY MERLIN (leurs cibles clairement indiquées dans le PV CCE de Cergy 3M en 2011).

A ce jour, 6 ans après, ces marques n'existent plus, mais le marché appartient à 3M.

 

En plus d'une indemnité "Supra Légale" insuffisante pour les licenciés de Longvic et Veyziat, les documents fournis le jour même des réunions comportent des erreurs; les délégations passent des journées entières à vérifier les documents et les renvoyer corrigés (ce n'est pas notre rôle):    En ce qui concerne les postes existants sur les 2 sites, des postes de Longvic sont supprimés alors qu'ils devraient faire partie de la loi L1233-5 (critères d'ordres), idem pour certains postes sur Veyziat.

Exemple : Assistante de direction 

1 poste sur Longvic / 1 poste sur Veyziat

Le poste de Longvic étant supprimé, les critères d'ordres seront appliqués sur les personnes occupant actuellement ces postes sur chacun des sites, afin de savoir qui est prioritaire sur le poste restant à Veyziat.

 

 

Cette notion légale de critère d'ordre permet de définir quelle personne sur l'un ou l'autre site est prioritaire sur le poste conservé. Il semblerait que certains salariés n'aient pas compris l'importance et le sens des critères d'ordres. 

Mauvaise compréhension de la part des salariés?

 

La grève a été maintenue jusqu'au vendredi au soir, sachant que la direction s'était engagée  pour reprendre le dialogue dès le lundi matin de la semaine suivant. Cette réunion devait être initialement une réunion de Négociation, mais elle s'est transformée le vendredi en fin de journée en "discussion" car les délégations de Veyziat et La Mûre n'étaient pas disponibles le lundi à 9h30.

Nous attendons maintenant la reprise des négociations mercredi 21 juin 2017.

 

Commenter cet article